Le séminaire des réserves de 2020 s’est déroulé le 24 janvier à la DGGN. Le GDI Olivier KIM avait invité les conseillers-réserves des régions et des groupements mais aussi les associations de réservistes.

Le Major Général, le GCA Bruno JOCKERS, dans son discours d’ouverture a rappelé les orientations données par le DGGN pour les prochaines années dans un dispositif appelé « GEND 20.24 » qui se résume ainsi : « Pour la population, par le gendarme ».

Le MG rappelle qu’ « être gendarme, c’est d’abord aimer les gens ». Le gendarme doit établir le lien social avec la population par le contact sur tout le territoire.

La Gendarmerie doit se transformer pour répondre aux besoins du moment et être toujours plus efficace. Elle doit faire évoluer constamment son modèle pour le rendre plus pérenne et s’adapter notamment en fonction de la situation budgétaire, mais elle doit aussi anticiper les nouveaux enjeux de notre société, comme le monde cyber, les drones,…

Elle doit établir le lien de confiance avec la population par un comportement exemplaire et notamment faire un usage juste de la force pour remplir ses missions.

Concernant les Réserves, le MG a précisé qu’un effort de structuration devait encore être réalisé. Les Sections Personnels Réserve (SPR) sont souvent sous-dimensionnées. La SPR gère, parfois avec un seul personnel, la gestion RH, l’emploi, la logistique, la formation… Pour pallier cette insuffisance, le CRG va réfléchir à la création d’Etats-Majors de Réserve.

La réflexion portera aussi sur l’organisation de la Réserve Citoyenne au niveau régional pour créer de véritables missions qui seront dévolues aux RC qui pourraient être chargés concrètement du rayonnement, du contact avec les entreprises, …

Le GDI Olivier KIM, commandant des Réserves de la Gendarmerie, nous a confirmé que l’objectif de 40 000 réservistes était toujours d’actualité. Cependant, nous devrions nous adapter avec la recherche de nouveaux financements extérieurs pour compléter le budget initial de la gendarmerie, notamment par le biais des conventions comme celles qui existent déjà avec la SNCF, pour sécuriser les transports, le ministère de la Justice pour les transfèrements, la Grande Bretagne pour la lutte contre l’immigration dans les Hauts de France.

Il a rappelé que la Réserve aura aussi des rendez-vous avec la coupe du monde de rugby en 2023 et les JO de 2024.

Il a insisté particulièrement sur le Service National Universel (SNU, placé sous l’autorité du ministère de l’Education nationale), auquel le Président de la République attache une grande importance. Ce SNU va impacter les Réserves de la gendarmerie Nationale. Il s’agit de renforcer la cohésion nationale « Reconstituer le ciment républicain ».

Pour cela le CRG a élaboré un kit afin de créer dans chaque département, par le biais des RC et RO, des « Associations des Cadets de la gendarmerie », travaillant en étroite collaboration avec les groupements pour accueillir 30 cadets par an dans la phase 2 du dispositif SNU qui dure 12 jours.

Cette phase 2 permettra de proposer aux jeunes, souhaitant continuer leur démarche citoyenne, une phase 3 qui serait la PMG afin d’alimenter ensuite les viviers des candidats pour l’Active ou la Réserve.

Le général KIM nous a confortés dans l’idée que les 30 000 réservistes de la gendarmerie étaient totalement intégrés dans la vie de la gendarmerie et contribuaient à la consolidation de notre Institution.

Aujourd’hui, la Réserve répond aux attentes du commandement. Elle doit par son engagement et son comportement participer pleinement, comme tout gendarme, à la tranquillité et la sureté de nos concitoyens. Deux fois citoyens, nous sommes les acteurs privilégiés du contact avec la population et de la création du lien social voulu par le DGGN avec « Gend 20.24 »

Continuons de mériter notre état de « gendarme » et de tenir notre rôle « Pour la population, par le gendarme ».

Col® Luc DELNORD