Samedi 23 Novembre à la Direction générale de la gendarmerie nationale (Issy les Moulineaux) s’est tenue l’assemblée générale de R.E.S.GEND (association nationale des réservistes et des sympathisants de la gendarmerie).

C’est  un public attentif qui a suivi les exposés du général KIM, commandant des réserves de la gendarmerie, du général GESNOT, commandant la gendarmerie des transports aériens (GTA), et du général (2s) GOYEAU pour l’AGPM.

Dans le souci d’informer la communauté des réservistes, nous nous attarderons particulièrement sur l’intervention du général KIM.

Le commandant des réserves a ainsi précisé que:

« Au plus fort de la crise des gilets jaunes, 6.000 réservistes ont été déployés, et un total de 125.000 depuis le début de cette crise.

Sachant que le coût moyen d’un réserviste opérationnel est de 100 € par jour, le calcul est simple à faire…cette crise coûte cher à la France.

Le budget dédié à la réserve opérationnelle est important, mais peut être obéré par le Directeur général pour faire face à des dépenses non prévisibles. La réserve n’est par ailleurs pas la seule « variable d’ajustement », il y a aussi les entrées en école…

On a recherché des pistes de financement, comme par exemple un règlement de l’emploi des réservistes par les collectivités territoriales employeuses.

L’emploi des réservistes à l’étranger est à l’étude au niveau des paiements pour que cela n’impacte pas le budget réserves de la gendarmerie. De nombreux pays recherchent des talents.

Il a été souhaité de remettre en place le bénévolat (et pas en raison du budget !) suite à des demandes nombreuses.

Il sera encadré: cérémonies patriotiques, séances d’instruction de deux heures… et uniquement sur volontariat.

On attend le rendu des conclusions début Juin, mise en place en Juillet si tout est prêt.

Peu après sa nomination, le directeur général déjeunait le 18 Novembre avec une quinzaine de réservistes.

On travaille à la mise en place d’une « cartographie des compétences » de la réserve citoyenne, qui sera étendue à la réserve opérationnelle en 2020.

Des avancées ont été faites en matière de « fluidification des process ». Ainsi, le process de déménagement des réservistes a été amélioré: l’ESR transite, on ne le refait pas.

Aujourd’hui plus de 21.000 réservistes opérationnels sont équipés d’un gilet pare-balles individualisé.

Des progrès également en matière de valorisation: remises de décorations, intégration d’un réserviste dans la « garde au drapeau », dans la chaîne de concertation, et dans « cap modernisation ».

De même une importante participation des réservistes est prévue dans le projet « SNU » (service national universel). L’Education nationale sera pilote. »

Après les exposés denses des trois intervenants et les formalités habituelles (rapport moral, budget…) par le colonel DELNORD, président, les participants se sont retrouvés devant un sympathique cocktail de clôture offert par l’AGPM.

A l’année prochaine !

Col (h) Jean-Pierre SOBOL

Président d’honneur.

crédit Photo : Marc ANDRIEUX