L’arrêté du 12 thermidor an IX (31 juillet 1801) dispose que la Gendarmerie nationale est divisée en vingt-sept légions, dont une d’élite, forte de six cents hommes, répartie en deux escadrons à deux compagnies à cheval et un bataillon à deux compagnies à pied. Les cinq cent cinquante brigadiers et gendarmes qui la composent sont détachés – et non affectés – auprès de cette légion et continuent donc de faire partie de leur brigade.

Les renouvellements nécessaires au service sont réalisés sur décision du ministre de la Police générale.

La légion d’élite doit assurer la sûreté publique et la police dans les lieux où réside le gouvernement. Elle est placée sous le commandement du général Savary, futur duc de Rovigo.

Le décret du 10 thermidor an XII (29 juillet 1804) la transforme en une légion de gendarmerie d’élite à pied et à cheval et l’intègre à la garde impériale.