direction-generale

Le président de RESGEND a eu l’honneur d’être reçu ce matin Vendredi 14 Novembre par le général de division COROIR, délégué aux réserves de la gendarmerie, qui lui a annoncé officiellement  la création proche (prêts à l’emploi pour le 01 / 06 / 2015) de la réserve territoriale de l’Institution, qui englobera les réservistes de la départementale et ceux de la mobile.

Ceux-ci se verront offrir un nouvel ESR à leur groupement de gendarmerie départementale de résidence.

367 compagnies de la réserve territoriale (dont 19 outre mer) seront mises sur pied à effectif théorique de 75 personnels.

Les détails figurent dans le communiqué interne du général, qu’il nous a en parfaite camaraderie, autorisé à reproduire ici.

Le souci de l’information des camarades, c’est RESGEND !
RE-PRECISONS A TOUTES FINS UTILES QUE CES ELEMENTS D’INFORMATION ONT BIEN ETE PUBLIES AVEC L AUTORISATION DU GENERAL DE DIVISION COROIR, QUI A DE PLUS FELICITE RESGEND POUR SA REACTIVITE.
Chers camarades,
La réserve opérationnelle, forte de 25 000 ESR, apparaît, aujourd’hui, comme une composante indispensable à la performance de la gendarmerie. Son taux d’emploi quotidien moyen de 1070 réservistes a été porté à 1500 réservistes/ jour avec la mise en oeuvre du plan de lutte contre les atteintes aux biens mobilisant un peloton de 17 réservistes pendant 4 mois dans 30 départements jugés les plus sensibles.
Dans la lutte permanente contre l’insécurité, l’objectif est, tout d’abord, de concentrer tous les moyens humains disponibles dans les mains des échelons territoriaux de commandement afin de rehausser le niveau de sécurité et de tranquillité publiques dans leur zone de compétence. Il s’agit, ensuite, de rationaliser et d’optimiser l’emploi de tous nos réservistes, quelle que soit la couleur de leurs galons et, en corollaire, d’améliorer la réactivité et la capacité opérationnelle de nos unités face aux fortes problématiques de violences aux personnes et d’atteintes aux biens. Il s’agit, enfin, de donner un nouveau sens à la réserve en l’intégrant pleinement à la manœuvre sur le terrain, chaque fois que cela est possible, par un emploi en unités constituées et par la valorisation de ses cadres qui se voient ainsi confier de vraies responsabilités de commandement.
Aussi, le directeur général a demandé que les dispositions soient prises, dès à présent, pour que la réserve territoriale*, issue de la fusion des réserves de la gendarmerie départementale et de la gendarmerie mobile, puisse être « prête à l’emploi », dans sa nouvelle configuration, au plus tard le 1er juin 2015 afin de permettre à la gendarmerie d’aborder, dans les meilleures conditions, la période estivale.
Concomitamment, la décision a été prise de ramener le plafond d’emploi de 40 000 à 30 000 réservistes. Ce nouveau format, au delà du fait qu’il prend en compte les contraintes budgétaires, est en adéquation avec la réalité des effectifs et notre capacité à recruter. Il vise à garantir a minima 20 jours d’emploi par an et par réserviste et à conforter ainsi la fidélisation. Le TERO de chacune des régions sera modifié en conséquence.
Afin d’anticiper cette réforme qui nécessitera la mise en œuvre d’opérations administratives, techniques et logistiques ainsi qu’un accompagnement humain, j’appelle votre attention sur les points suivants :
– les réservistes de la gendarmerie mobile sont affectés dans leur département de résidence
– les réservistes de la réserve territoriale conservent leur tenue d’origine GD ou GM.
– sous l’effet conjugué de la prise en compte des effectifs des réserves GM et GD et de l’abaissement du plafond d’emploi, certaines régions verront leur taux de réalisation dépasser les 100 %. Pour autant, aucun contrat ne sera résilié et aucune session de formation (PMG – PMSG) prévue en 2015 ne sera supprimée. Il conviendra, toutefois, après prise en compte d’une éventuelle attrition liée à la seule volonté du réserviste de ne pas renouveler son contrat, de calibrer le volume et le cadencement de celles-ci dans le cadre de la préparation du plan d’emploi de la réserve en 2015 afin de résorber progressivement ce sureffectif conjoncturel.
Les éléments nécessaires à l’évaluation des besoins (droits ouverts) au regard du taux de réalisation global et par catégorie officier, sous-officier et MDR vous seront apportés, sous forme de message, par la délégation aux réserves de la gendarmerie.
Le calendrier de mise en œuvre de la réforme est le suivant :
novembre – décembre 2014 : refonte des textes au niveau central
1er janvier 2015 : signature par le directeur général de la circulaire d’organisation
janvier – mai 2015 : opérations administratives, techniques et logistiques + conduite du changement au niveau des régions
1er juin 2015 : la réserve territoriale est « prête à l’emploi »

Fidélisés, mieux formés et mieux employés, pleinement intégrés au dispositif de lutte contre toutes les formes de délinquance, les réservistes doivent faire l’objet de toute notre attention, tant dans la gestion de leur carrière que dans leur emploi quotidien.
Bien à vous tous.

Général de division Alain COROIR, délégué aux réserves de la gendarmerie nationale.

 

Image d’illustration: siège de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale.