Les associations signataires de la « charte » ont été reçues ce matin 27/06 à la direction générale par le général de corps d’armée RENAUD et le colonel ARVISET dans le cadre d’une visite du PJGN, qui fera l’objet d’un article dans le prochain numéro de « Bleu Défense », la revue de RESGEND.
Fidèle à son éthique de lien avec l’institution, de soutien et d’information, vous trouverez ci-dessous les points majeurs du discours d’accueil.
Associations
Désormais, celles ci sont considérées par les politiques. Soutien, rayonnement, cohésion, esprit de corps…bénéficient de leurs actions. Elles représentent une force (70.000 adhérents environ cumulés). Elles doivent être associées au changement. Elles sont des relais sur lesquels les gendarmes doivent pouvoir s’appuyer. Le monde associatif est un monde qui vit.
Communication
Est à l’étude un ouvrage « la gendarmerie pour les nuls » pour exposer les fondamentaux dans cette célèbre collection qui a succédé aux « que sais-je? » d’autrefois..
Le paysage politique a été considérablement bouleversé. beaucoup de gens découvrent tout. Il faut « présenter la maison » aux nouveaux élus.
(Resgend rappelle ici que depuis sa création, sa revue est systématiquement adressée aux députés, sénateurs…)
Grands dossiers
1/La notion de proximité a été remise à l’honneur, car c’est elle qui conditionne la légitimité. Le « savoir faire » et le « savoir être ». Ceci a induit l’étude et la création des « brigades de contact ». Il ne faut surtout pas perdre de vue que dans la profondeur du territoire, il se passe des « choses »! Or le renseignement est généré par le contact.
2/La « brigade numérique »
70% de la population vit en zone urbaine ou péri-urbaine. Le concept de B.N. fait partie du besoin de restaurer un contact privilégié avec la population, 24h/24.
3/Terrorisme
La lutte contre cette menace rend impératif le partage du renseignement. Vu la nature de la menace et le volume de l’ennemi, sera créé un « centre national du contre-terrorisme » près du président de la République.
4/Contrôle des flux
Cette mission autrefois concentrée entre autres sur la sécurité routière est maintenant multiforme et englobe: lutte contre l’immigration clandestine, contre-terrorisme, lutte contre la délinquance. Il s’agit de donner du sens à l’action.
5/Tablette « Neogend »
Grande avancée dans l’efficacité opérationnelle, c’est le bureau individuel déployé sur le terrain.
6/Création du comité scientifique
Dans le but d’étudier les besoins de demain. Il faut anticiper pour ne pas subir. La gendarmerie « bouge » beaucoup et va vite ces dernières années. On mène un travail de simplification, de remise du gendarme au « cœur du métier ».
6/Formation
Il faut se rendre compte que dans les 4 à 5 ans à venir, il va falloir compenser les départs de classes d’âge,  soit environ 50% de l’effectif !
De même pour les GAV, dont la moitié intègre l’active. Heureusement, la nouvelle école de Dijon (ex-base de l’armée de l’Air) permet de former de nombreuses promotions et reste riche en évolutions compte tenu de l’étendue du foncier.
Le recrutement est actuellement très bon pour les officiers et les sous-officiers (7 candidats pour 1 poste). On observe cependant une faiblesse relative pour les GAV (1,5 pour 1 poste). Il faudra sans doute « cibler » une communication et améliorer la réactivité.
En conclusion
La durée d’existence de la gendarmerie est une preuve de la valeur du système. Nombreux sont les pays qui s’en inspirent ou souhaitent s’en inspirer.
Propos recueillis par le colonel (h) Jean-Pierre SOBOL
Président de Resgend.
Photo: le général **** RENAUD et le colonel ARVISET (photo col.(h) SOBOL).